Le Chant des baleines

Posté le : juin 23rd, 2022 par Gabrielle

On ne sait pas toujours comment commencent les histoires. Dans cette histoire au départ il y a une petite fille. Cette petite fille, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant perdit un jour sa maman. De son passé, de ses souvenirs, il ne lui reste rien. Enfin si, une seule chose, une musique : la berceuse que lui fredonnait sa mère le soir avant de s’endormir. Pour ne jamais l’oublier la petite fille enferme cette douce mélodie dans un flacon qu’elle garde depuis lors autour de son cou. Pour retrouver son pays, son chez elle, elle se dit qu’il lui faut retrouver celui où les mamans fredonnent cet air le soir à leurs enfants. Elle se met alors à récolter les chants de toutes les mamans qu’elle croise sur sa route à travers le monde.

Nous embarquons, accompagné.e.s par la narratrice, pour une traversée au pays des images, des berceuses et des ombres. Une fable sensible et teintée d’humour, abordant subtilement le thème de l’exil avec la douceur d’une berceuse.

Non ! Non ! Non !

Posté le : juin 23rd, 2022 par Gabrielle

Julie est une sacrée chipie. Dans la famille Ours, petit ours lui ressemble beaucoup, lui qui trouve toujours toutes les ruses possibles pour ne pas se coucher. Tous les deux disent très souvent « Non ! Non ! Non ! ».

Deux conteuses revisitent des histoires connues des enfants. Elles racontent en chantant et en peignant sur une grande fresque les aventures des albums suivants : « Boucle d’or » (album du père Castor), « Le gros navet » d’Alekseï Nikolaïevitch Tolstoï, « Devine combien je t’aime » de Sam Mac Bratney, « Le type » de Philippe Barbeau et Fabienne Cinquin et enfin la comptine « 5 petits ours à la rivière ».

Les enfants panés

Posté le : juin 23rd, 2022 par Gabrielle

Avant qu’ils naissent, les enfants nagent dans le ventre de leur maman. Avant qu’ils naissent, les enfants sont heureux comme des poissons dans l’eau. Les enfants sont comme les poissons : pas nés. Et les enfants dans leur mère, comme les poissons dans la mer, connaissent toutes les langues du monde, même le japonais. Puis ils grandissent et dans la mer intérieure de leur mère, les enfants sont serrés comme des sardines. Alors ils naissent. Et quand ils sortent de leur mère, comme des poissons hors de l’eau, ils ne savent plus rien dire.

Trois petits contes musicaux pour aborder un grand mystère : Mais, où on était avant ? La réponse se fait en musique avec l’aide d’une guitare, d’un ukulélé, d’un sac en papier, d’un coussin, d’un tabouret, d’un verre d’eau et d’une paille ! On aura aussi besoin d’emprunter les oreilles et les mains des enfants.

Une conteuse à grands bras et un musicien à casquette pour inventer l’histoire (musicale) des origines, celle dont on ne peut pas se souvenir…

Didoudam

Posté le : juin 23rd, 2022 par Gabrielle

Deux comédiennes danseuses partent à la découverte d’un monde doux et espiègle. Telles des enfants, elles jouent avec tout ce qui leur tombe sous la main et elles se laissent surprendre avec joie par ce terrain de jeu riche en imaginaire.

Un meuble aux portes multiples et colorées dévoile petit à petit toutes sortes d’objets qui amènent de nouveaux rebondissements, illustrant ainsi la multitude d’activités de l’enfant au fil de la journée. Jouer en mangeant, libérer les bulles de savon quand on se lave, se laisser emporter par une histoire, se déguiser…

Danse, comptines et langue des signes pour un moment tout doux pour les tout petit.e.s.

Boîte à gants

Posté le : juin 23rd, 2022 par Gabrielle

Monsieur Paul et Michel, duo contrasté, voyagent de ville en ville pour récolter les gants oubliés afin de raconter des histoires dans leur immense boîte à gants. Entre leurs mains, les gants usagés se transforment en personnages déjantés.
Et c’est un festival ! Bataille intergalactique, poulailler déjanté, ancienne vedette du music-hall, pêche miraculeuse sur fond de
comptines tarabiscotées, de chansons loufoques et d’histoires à tiroirs à dormir debout ou à jouer du piano couché.

Contes à roulettes

Posté le : juin 23rd, 2022 par Gabrielle

Connaissez-vous l’histoire des chevaliers théières ? Les aventures de la princesse au baiser magique et du prince qui Dior profondément ? Et le parapluie qui danse avec une passante tandis que le nuage prend de l’âge ? Saviez-vous que les chaussures jouent la comédie ?

Un univers drolatique et poétique de contes dont les personnages sont des objets du quotidien revisité par la conteuse Laura Glutron qui a élégamment fait siennes les histoires de Guy Prunier. Passage de paroles pour que les contes continuent leur chemin joyeusement, d’âge en âge…

D’après « Trouvailles et cachotteries » de Guy Prunier

Le Carnaval des animaux

Posté le : avril 28th, 2021 par Gabrielle

Sur la musique de Camille Saint-Saëns de drôles d’animaux envahissent la scène et se montrent sous leur plus beau jour.

Lions fiers, dignes flamants rose, poules, lentes et pataudes tortues ou encore pingouins élégants et étriqués. Ce petit zoo fantaisiste s’animent joyeusement sous le regard du compositeur, Camille Saint Saëns (dont nous célébrons en 2021 le 100e anniversaire).

Une joyeuse initiation à la danse contemporaine et à la musique classique où le geste dansé se met au service d’étranges animaux, mi-humains mi–félins, mi oiseaux mi-insectes! La présence sur scène du violoncelle et d’accessoires sonores accompagnent en rythme les bêtes à poils, plumes et carapaces.

« Le Carnaval des animaux » de Camille Saint-Saëns, chef d’œuvre de musique et d’humour, est une suite en 14 mouvements de courte durée s’inspirant chacun d’un animal. C’est un magnifique exercice de style que Camille Saint-Saëns compose en quelques jours et qui aurait été joué la première fois en privé le 9 mars 1886 pour Mardi gras.

A l’exception de quelques pièces (le cygne, Aquarium) c’est l’humour et la légèreté, peut-être même la moquerie, qui caractérisent l’œuvre. Saint-Saëns semble s’être octroyé un moment de détente joyeuse.

 

« Les éléphants sont des enfants qui font tout ce qu’on leur défend… »

Francis Blanche

 

 

 

 

1, 2, 3 nous irons…

Posté le : juillet 2nd, 2020 par Gabrielle

Pour grandir, il faut partir à la rencontre de l’autre. Pour voyager, il suffit d’ouvrir la porte à son imaginaire. Les clés de cette porte sont nombreuses : la musique, les instruments et les chansons.
C’est un tour du monde poétique de l’Italie aux rives du Japon, en passant par le Québec avant de se rendre au Sénégal. Prêt.e.s pour le départ ?

Les deux artistes musiciens égrainent comptines et jeux de doigts, tandis que les chansons s’entremêlent au son de la harpe, du guitalélé et des flûtes balinaises, créant un univers sonore et visuel qui éveille la curiosité des tou.te.s petit.es.

Zoé fait la sieste

Posté le : juillet 2nd, 2020 par Gabrielle

Zoé ne tient pas en place. Attachante et malicieuse, la sieste, elle la fait à sa manière. Elle fait un peu « n’imporque-toi ». Un bisou à l’accordéon pour qu’il invente des chansons et un câlin à l’oreiller avant de le déplumer.

Avec son sac de couchage, notre pitre se transforme en limace tandis que son pyjama fait d’elle une poule malicieuse. Tout est prétexte à chansons, contorsions, rires et émotions.

La Gadoue

Posté le : juillet 2nd, 2020 par Gabrielle

Dans son intérieur tout blanc, une femme à la curiosité enfantine découvre un cadeau mystérieux : de la terre. Alors elle y met les mains, elle creuse, trifouille, farfouille, elle y met tout son cœur. Elle ajoute de l’eau et c’est la gadoue. Bientôt elle n’est plus seule, elle déniche un ver de terre qui joue à cache-cache et une taupe un peu timide. Bien vite, il y en a de partout ! Et ces empreintes de mains boueuses que l’on voit ici, est-ce qu’elles n’appartiendraient pas aux tous premiers humains ?

Et après ? Un brin de toilette et tout va bien !

Un spectacle sensoriel où la gadoue, qui se malaxe avec plaisir et éclabousse avec bruit, conduit les tous petits aux origines de la vie.